ANNE-CATHERINE CARON

DU ROMAN (ENTRE) LES LIGNES


Publications Psi, 2014. Format 15,5 x 21 cm, 52 pages (en feuilles), sous couverture rempliée.

Edition originale tirée à vingt-cinq exemplaires dont les dix premiers, signés et numérotés de 1 à 10, sont enrichis d’un « insert narratif » photographique ciselé et rehaussé par l’auteur, différent dans chaque volume, en corrélation volontaire directe et indirecte avec ce roman conçu entre 2010 et 2014 et comportant des citations antérieures..

Distribution Librairie Lecointre & Drouet

9 rue de Tournon, 75006 Paris
/ Tél. 00 33 (0)1 43 26 02 92
/ Fax. 00 33 (0)1 46 33 11 40 /
e-mail : info@lecointredrouet.com


Dès son arrivée dans le Lettrisme en 1972, l’art de la prose sera le terrain de prédilection d’Anne-Catherine Caron. Son œuvre s’édifiera tout d’abord sur de simples feuillets épars, puis sur des tableaux au sein desquels figurait systématiquement la mention de roman. Leur trait commun consiste à réduire la totalité des signes de la communication à l’unité exclusive du carré, inlassablement répété et parfois entrecoupé des lettres A et Z. C’est toutefois en 1976/77 que l’auteure rassemblera les fondements constitutifs de cette approche romanesque avec Roman à Équarrir, paru en 1978 aux Editions Anakota, un « roman barbare » qui campe une vision hermétisée et épurée des possibilités des multi-écritures. L’on peut y discerner une expression qui cherche constamment l’objet et le sujet de son écriture, et, tout en s’interrogeant sur les formes possibles de la fiction, s’essaie de manière presque obsessionnelle à définir et à cerner toutes les configurations possibles de son élément principal. Mais dans une stratification supplémentaire de sa démarche, l’écrivain introduit un jeu ludique l’incitant à agir sur la progression narrative, voire sur la composition traditionnelle, en désorganisant la mise en page, en brisant l’ordre des chapitres, notamment par une table des matières incongrue, discrépante et détachée de son contenu intrinsèque, pour constituer de nouveaux récits infinis qui nourriront la plupart de ses œuvres suivantes : de Tu minaudes alors qu’il faut changer le monde ou le Roman mural (1992 -2002), jusqu’à Romanzo di una lettrista (2006), en passant par ses Romans excoordistes en bandes roulées ou ses Romans en pile, De la Carritude en Lettrisme ou, encore, Alice à la racine carrée du Lettrisme (2000-2010). Elle participe aux principales expositions du groupe lettriste, notamment à La Vérité lettriste, Après la fin de l’art (Musée d’art moderne de Saint-Etienne), Lettrisme : Vue d’ensemble sur quelques dépassements précis, Villa Tamaris (2010), Pensiez-vous (vraiment) voir une exposition, Passage de Retz, Paris (2012). Commissaire d’expositions, elle cosigne plusieurs manifestations avec Roland Sabatier et organise la seconde édition de Le Lettrisme au-delà de la féminitude à la Villa Cernigliaro où elle esquisse la première histoire des femmes à l’intérieur de ce mouvement d’avant-garde, Murmure de femmes autour du Lettrisme.


"Spécialisée dans l'art de la prose, Anne-Catherine Caron ne cesse, depuis 1972, de présenter différents accomplissements romanesques, capables de rendre compte, par leur apparente simplicité, des multiples richesses du Lettrisme.

Réduisant avec grande circonspection ses romans à une poignée de signes, dont le fameux carré, cette artiste nous révèle aujourd'hui, à la suite de son Roman sans ligne (2014), sa dernière création : Du roman (entre) les lignes."

Hugo Bernard, le 13 février 2015.

http://www.hugobernard.com/#!home/mainPage


(retour sommaire)

 

site anne-catherine caron lettrisme